Léon-Gérin
Création de :
Lynn Légaré

Récipiendaire

Nattiez, Jean-Jacques

Prix Léon-Gérin 1994
Catégorie : Scientifique

Musicologue

Né le 30 décembre 1945
Amiens, France

Jean-Jacques Nattiez - lauréat
Photo : François Brunelle

L'œuvre d'un sémiologue de la musique

Le regard vif, Jean-Jacques Nattiez entretient ses interlocuteurs d'une passion, la sémiologie musicale, qui les fait pénétrer de plain-pied dans l'univers multiforme de la musicologie où l'art et la science s'interpellent et se coudoient.

Né à Amiens, Jean-Jacques Nattiez commence très tôt des études de piano et de solfège. L'environnement familial contribue à éveiller sa sensibilité, à cultiver en lui l'amour des lettres et de la musique : sa mère enseigne le latin et le grec, son père est professeur de littérature française et critique musical. Il écoute tout jeune les retransmissions radiophoniques du Festival de Bayreuth. L'admiration qu'il voue à Proust et à Wagner lui inspirera trois de ses ouvrages : Tétralogies (Wagner, Boulez, Chéreau) (1983), Proust musicien (1984) et Wagner androgyne (1990).

À la fin des années 60, Jean-Jacques Nattiez entreprend ses études universitaires en lettres et en linguistique. « La sémiologie était dans l'air… », rappelle-t-il. Il opte pour cette discipline et entreprend une maîtrise sous la direction de Georges Mounin (1967-1968). Son mémoire, devenu un doctorat dirigé par Nicolas Ruwet (1973), aboutit aux Fondements d'une sémiologie de la musique (1975), « première tentative d'utilisation systématique, pour l'analyse musicale, de concepts et de méthodes élaborés par la linguistique structurale ». Il en propose une version complètement renouvelée, Musicologie générale et sémiologie, en 1989. S'inspirant de la pensée de Jean Molino, il fonde son approche sur la distinction entre stratégies de production et stratégies de réception, qu'il relie aux structures proprement musicales. Il réoriente ainsi, de manière radicale, la réflexion sur le phénomène musical, dotant la musicologie d'outils rigoureux et originaux d'analyse et d'interprétation.

Des cultures et des musiques

Son œuvre se poursuit par l'expérimentation, sur la musique des Inuits, des Aïnous (Japon) et des Bagandas (Ouganda), du modèle théorique qu'il élabore. Il consacre à ces cultures musicales des articles et plusieurs disques, internationalement connus et appréciés. Il conçoit aussi un type de disque compact organisé thématiquement (Jeux vocaux des Inuits, 1990), qui implique l'intervention de l'auditeur du disque. Pour cette raison, cette production sera saluée comme une innovation marquante dans le domaine de l'ethnomusicologie. L'originalité et l'envergure de sa démarche n'ont pas manqué d'attirer l'attention de la communauté scientifique internationale.

Il est également considéré comme un spécialiste de l'œuvre et de la pensée du compositeur et chef d'orchestre Pierre Boulez dont il a édité plusieurs volumes d'écrits. Depuis le début de sa carrière, Jean-Jacques Nattiez a publié 10 ouvrages et près de 150 articles, sans oublier les traductions en anglais, en italien et en japonais de la plupart de ses livres. Son roman Opera (1997) lui a également valu deux distinctions en 1998 : le prix Québec-Paris et le prix Louis-Hémon de l'Académie de Languedoc. Au fil des années, il a prononcé des conférences lors de nombreux congrès et colloques dans une vingtaine de pays. Plusieurs établissements l'ont accueilli à titre de professeur invité, dont l'Université d'Edmonton et la City University de Londres, le Saint Catherine College d'Oxford, l'École normale supérieure de Paris et le Collège de France.

Un profond engagement dans le milieu musical

Professeur de musicologie à l'Université de Montréal depuis 1972, Jean-Jacques Nattiez est responsable du Groupe de recherche en sémiologie musicale de 1974 à 1980. Rédacteur en chef de la Revue de musique des universités canadiennes (secteur francophone), puis de Circuit, il dirige les collections « Sémiologie et analyse musicales » aux Presses de l'Université de Montréal et, avec Pierre Boulez, « Musique/passé/présent » chez l'éditeur Christian Bourgois. En 2000, il devient membre du comité consultatif d'un nouveau site Internet musical : Andante et dirige une Andante Academy ainsi qu'un site consacré à Pierre Boulez. Depuis 1997, une encyclopédie musicale en cinq volumes est également en préparation, dont le premier tome est paru en mars 2001 chez l'éditeur italien Einaudi. Enfin, soucieux de s'engager dans son milieu, il accepte d'être le concepteur et le directeur artistique des célébrations du cinquantenaire de la Faculté de musique de l'Université de Montréal en 2000-2001.

Esprit rigoureux et artiste curieux, Jean-Jacques Nattiez demeure fidèle à cette image qu'il évoque en conclusion des Fondements d'une sémiologie de la musique : « Le chercheur construit un monde de concepts et d'énoncés comme le compositeur d'avant-garde s'aventure dans le domaine encore inouï des sons : jamais en repos, toujours soucieux de plus de clarté, perpétuellement questionné par les énigmes de la science et les mystères de la musique, je n'attends qu'un prochain thème pour reprendre l'exploration. »


Résumé de carrière

1972-
Professeur à la Faculté de musique de l'Université de Montréal

1973
Doctorat en sémiologie musicale de l'Université de Paris VIII

1988
Membre de la Société royale du Canada

1990
Membre de l'Ordre du Canada

1979-1987
Grand Prix international du disque de l'Académie Charles-Cros

1988-1990
Bourse Killam du Conseil des arts du Canada

1989
Prix André-Laurendeau de l'Association canadienne-française pour l'avancement des sciences

1989
Médaille Dent de la Royal Music Association de Londres

1990
Prix Diego Fabbri de l'Ente dello spettacolo pour le meilleur livre sur la musique

1990
Prix Molson du Conseil des arts du Canada

1994
Prix Léon-Gérin

1997
Prix-bourse de recherche de la Fondation Alexander von Humboldt d'Allemagne fédérale

1997 et 2000
Prix Opus du Conseil québécois de la musique

1998
Prix Koizumi Fumio (Japon)

2001
Chevalier de l'Ordre national du Québec

2014
Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres de la République française

Léon Gérin
Qui était Léon Gérin ?
 

Date de remise du prix :
23 novembre 1994

Membres du jury :
Réjean Landry (président)
J.-Nicolas Kaufmann
Pierre Martel
Marc-André Morency
Lisa A. Serbin


Texte :
Alix Renaud

Mise à jour :
Nathalie Dyke