Marie-Victorin
Création de :
Christine Larochelle

Récipiendaire

Prud'homme, Robert Emery

Prix Marie-Victorin 2001
Catégorie : Scientifique

Né le 12 juillet 1946
Sainte-Martine

Robert Emery Prud'homme - lauréat
Photo : Marc-André Grenier

Depuis la découverte du celluloïd en 1868, les plastiques ont envahi tous les champs de l'activité humaine, de l'agriculture à la conquête spatiale en passant par la médecine ou l'habillement. Cependant, ces matériaux n'ont pas encore livré tous leurs secrets. Depuis le début de sa carrière, dans les années 70, Robert Emery Prud'homme scrute l'étrange comportement de certains polymères, les macromolécules qui composent les matières plastiques et les élastomères tels que le caoutchouc. Actuellement, près de la moitié des plastiques utilisés sont formés de mélanges de différents types de polymères, ou de polymères avec diverses petites molécules. Dans un pneu d'automobile, par exemple, on compte une dizaine de substances dont différents types de caoutchouc à forte concentration. Comment toutes ces matières interagissent-elles au niveau moléculaire et quelle incidence ces interactions ont-elles sur les propriétés des matériaux? Voilà le type de questions auxquelles le professeur de l'Université Laval répond depuis plus de 25 ans.

C'est au Séminaire de Salaberry-de-Valleyfield que ce fils d'agriculteur natif de Sainte-Martine apprend à apprécier les sciences, pour la rigueur qu'elles exigent et leur capacité à prévoir les événements. Les mathématiques lui semblent trop abstraites; il préfère la chimie, une science expérimentale. En choisissant d'étudier les polymères, Robert Emery Prud'homme sait qu'il pourra se plonger dans des recherches fondamentales tout en se souciant des applications concrètes de ses découvertes. En 1975, après un doctorat à l'Université du Massachusetts à Amherst, des études postdoctorales à l'Université de Montréal puis un bref passage dans un centre de recherche industriel, il entre à l'Université Laval presque comme on entre en religion. Là, sans relâche, à raison de six jours de travail par semaine – plus quelques lectures le dimanche! –, il analyse le comportement intime des macromolécules et aligne les publications savantes. En 1982, il surprend la communauté scientifique en montrant que les polyesters peuvent s'associer pour former des complexes très particuliers, que l'on dit « stéréoréguliers ». Cette découverte marque le point de départ d'un nouveau champ de recherche qui s'est beaucoup développé depuis. Par exemple, en s'appuyant sur les travaux fondamentaux du professeur Prud'homme, d'autres chercheurs, reconnaissant le même comportement, utilisent le polylactide, un polyester stéréorégulier, pour confectionner des points de suture résorbables… et épargner ainsi bien des souffrances aux opérés!

Également au début des années 80, le professeur fait figure de pionnier dans la recherche sur les mélanges de polymères, qui restent fort mal connus en dépit de leurs nombreuses applications industrielles. Ses travaux font école; et depuis, des dizaines d'autres chercheurs canadiens s'intéressent au sujet. En 1985, il reçoit la prestigieuse bourse Steacie du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada, qui lui permet de se consacrer à temps plein à ses travaux. Au fil des ans, sans tambour ni trompette, Robert Emery Prud'homme met sur pied un laboratoire ultraspécialisé, unique en Amérique du Nord, pour percer les secrets des macromolécules. Spectroscopes, calorimètres, microscopes de tous genres et appareils de diffraction des rayons X fournissent notamment aux chercheurs des données essentielles pour mieux saisir toute la complexité des mélanges de polymères.

Tout au long de sa carrière, le professeur de Québec s'engage dans une multitude d'autres domaines, le plus souvent en collaboration avec des partenaires industriels tels que Alcan, Bayer (Polysar), Goodyear ou IBM. Il publie au fil des années plus de 200 articles scientifiques et son expertise en chimie physique lui vaudra d'être membre des comités de sélection des subventions de recherche dans ce domaine, au niveau tant fédéral que provincial. Même si l'homme reste plutôt discret, sa réputation dépasse les frontières du Canada. En 1990, il préside le 33e Congrès de l'Union internationale de chimie pure et appliquée (UICPA), la plus grande réunion internationale sur les macromolécules, qui attire 2 500 chercheurs à Montréal.

Depuis 1986, Robert Emery Prud'homme est aussi à la tête du Centre de recherche en sciences et en ingénierie des macromolécules (CERSIM), qu'il a fondé et développé en encourageant d'autres chercheurs à s'intéresser aux fascinants matériaux que sont les polymères. Le CERSIM regroupe aujourd'hui 16 professeurs, plus de 70 étudiants ainsi qu'une vingtaine de professionnels et de chercheurs postdoctoraux. C'est le plus important centre de recherche sur les polymères au Canada et un des principaux en Amérique du Nord. Toujours dans le but de mieux comprendre la chimie de ces matériaux, tout en veillant à leurs applications industrielles, Robert Emery Prud'homme réussit à convaincre chimistes et ingénieurs de se joindre au CERSIM. Ce mariage original de deux disciplines n'est pas courant. Cependant, il est considéré de nos jours comme un modèle d'organisation de la recherche dans ce domaine, et plusieurs centres européens sont sur le point de l'adopter.

À 55 ans, Robert Emery Prud'homme s'enthousiasme pour ses travaux comme au premier jour, même s'il avoue prendre beaucoup de plaisir à ses activités extraprofessionnelles. Beaucoup de lectures – sur l'histoire, qui le passionne depuis toujours, mais aussi des romans : russes, italiens, néerlandais ou espagnols. Un peu de sport, du temps passé en famille, avec ses quatre enfants. Au laboratoire, le chercheur s'attaque cette fois à un nouveau défi, la cristallisation des films minces de polymères. Le choix de ce sujet n'a rien du hasard. « Au niveau scientifique, explique Robert Emery Prud'homme, on connaît encore très mal les phénomènes qui se déroulent à la surface des matériaux ». Toutefois, c'est surtout en pensant à ses étudiants que le professeur a sélectionné ce nouveau thème. Très attaché à la mission d'enseignement que lui confère son statut d'universitaire, Robert Emery Prud'homme met un point d'honneur à proposer des sujets aussi intéressants que prometteurs aux futurs chercheurs qu'il prend plaisir à encadrer. Depuis ses débuts, il a ainsi supervisé près d'une cinquantaine de mémoires de maîtrise, 24 thèses de doctorat et 25 chercheurs postdoctoraux, un record à la Faculté de sciences et de génie de l'Université Laval. On lui doit aussi plus de la moitié des cours donnés au deuxième et au troisième cycle concernant la chimie des polymères, ainsi qu'un manuel destiné aux étudiants de premier cycle. De quoi assurer une relève scientifique bien préparée à concocter les polymères de demain…


Résumé de carrière

1973
Doctorat en chimie de l'Université du Massachussetts

1973
Postdoctorat de l'Université de Montréal

1985-1987
Bourse E.W.R. Steacie du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG)

1986-
Directeur fondateur du Centre de recherche en sciences et en ingénierie des macromolécules (CERSIM)

1989
Prix Agora de la Ville de Montréal

1990
Président du 33e Congrès de l'Union internationale de chimie pure et appliquée (UICPA)

1994
Prix Summa en recherche de la Faculté des sciences et génie de l'Université Laval

1994
Prix Polysar de l'Institut de chimie du Canada

1994-1997
Directeur de la Division des sciences macromoléculaires à l'Institut de chimie du Canada

1995
Prix Urgel-Archambault de l'Association canadienne-française pour l'avancement des sciences (ACFAS)

1996-1997
Président du Comité de sélection en chimie physique/analytique du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG)

1999-2000
Président de groupe des deux comités de sélection en chimie du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG)

2001
Prix Marie-Victorin

Frère Marie-Victorin
Qui était Frère Marie-Victorin ?
 

Date de remise :
20 novembre 2001

Jury :
Michel Pigeon
Claude Bernard
Ferdinand Bonn
Jacques Derome
Gilles Fontaine



Texte :
Valérie Borde