Georges-Émile-Lapalme
Création de :
Catherine Villeneuve

Récipiendaire

Cajolet-Laganière, Hélène

Prix Georges-Émile-Lapalme 2019
Catégorie : Culturelle

Née le 19 mars 1948
Trois-Rivières

Hélène Cajolet-Laganière - lauréate
Photo : Éric Labonté

À ses yeux, la langue française constitue le fondement de notre culture, de notre identité et de notre cohésion sociale. Hélène Cajolet-Laganière a voué toute sa carrière à la promotion et à l’enrichissement de la langue française parlée et écrite, à la francisation des milieux de travail et à l’aménagement de la langue au Québec, au Canada et en Amérique du Nord. Son amour sans borne pour la langue française et son engagement à communiquer cette passion avec le plus grand nombre ont contribué à faire du français la langue de travail et la langue commune du Québec, un double objectif auquel elle est fidèle depuis plus de 40 ans.

Détentrice d’une maîtrise en études françaises et d’un doctorat en linguistique, Hélène Cajolet-Laganière s’est consacrée à sa mission comme linguiste et terminologue à l’Office de la langue française du Québec, à titre de professeure de français à l’Université de Sherbrooke, puis comme chercheure, auteure ou coauteure de différents ouvrages. « Il y a un cheminement dans mes diverses réalisations, mais toujours suivant le même objectif, soit l’instrumentalisation linguistique de manière à contrer l’insécurité linguistique des Québécois et Québécoises, à susciter leur désir de bien maîtriser le français et à les rendre fiers de leur langue », précise-t-elle.

Ses recherches et publications, reconnues au Québec, au Canada et sur la scène internationale, portent sur la rédaction professionnelle, les différents aspects normatifs du français, l’aménagement de la langue et la description lexicographique du français au Québec. De tous les manuels de référence qu’elle a rédigés seule ou avec ses pairs, elle est particulièrement fière du dictionnaire Usito. Avec cet outil d’aide à la rédaction, à la révision et à la traduction, elle a contribué, avec son équipe, à doter les francophones de partout dans le monde d’une description scientifique de la langue française en usage au Québec dans tous les domaines de la vie courante et professionnelle.

Plus d’une dizaine d’autres ouvrages sur la rédaction technique, scientifique et administrative auxquels elle a étroitement participé constituent des sources de renseignements précieuses pour les organisations publiques et privées du Québec et d’ailleurs, et ce, tant pour le milieu de l’éducation, de l’administration, des affaires et des entreprises que pour le grand public, dont les immigrants. Parmi ces ouvrages : Le français au bureau, les manuels Rédaction technique, administrative et scientifique et La maîtrise du français écrit, de même que le Guide d’écriture des imprimés administratifs, La qualité de la langue au Québec et le Français québécois : usages, standards et aménagement.

Chaque fois, Hélène Cajolet-Laganière travaille en collaboration avec le milieu concerné dans le but de cerner ses besoins. Ainsi, les manuels et outils linguistiques qu’elle a développés se démarquent par leur caractère pratique et vulgarisé et sont adaptés à la réalité des différentes clientèles visées. Le didacticiel Des médias et des mots qu’elle a élaboré à l’intention de la presse rend compte des principaux écarts lexicaux, grammaticaux et syntaxiques réalisés dans le milieu journalistique et l’incite à améliorer la qualité de son français tant à l’oral qu’à l’écrit. Quant aux enseignants et enseignantes du primaire au Québec, ils peuvent dorénavant améliorer l’apprentissage du lexique et la maîtrise de l’orthographe avec son interface de recherche qui propose notamment une liste de 2 700 mots.

Au fil de sa carrière, Hélène Cajolet-Laganière a rédigé des centaines de chroniques linguistiques en plus de se consacrer à l’implantation de la Charte de la langue française dans toutes les sphères d’activités socioéconomiques du Québec. Elle a communiqué ses connaissances dans le cadre de centaines de formations, de conférences, de colloques, de congrès, de commissions et d’activités nationales ou internationales portant notamment sur les anglicismes, l’aménagement de la langue et la maîtrise du français en divers contextes. Parmi eux, mentionnons les travaux de la commission des États généraux sur la situation et l’avenir de la langue française qui ont mené au rapport Le français, une langue pour tout le monde dont elle est coauteure. Des générations d’étudiantes et d’étudiants ont enfin pu bénéficier de son enseignement et d’une direction éclairée pour leurs travaux de recherche.

« Je souhaite avoir la possibilité de poursuivre, avec mon équipe, l’élaboration d’autres outils de référence qui mettent en valeur l’histoire, l’aménagement et la description du français en usage au Québec de manière à ancrer, auprès des Québécois et des Québécoises de toutes origines, la connaissance, la maîtrise et la fierté du français, langue commune au Québec », espère-t-elle.


Georges-Émile Lapalme
Qui était Georges-Émile Lapalme ?
 

Membres du jury
Isabelle Daunais
Louis Hamelin
Jacques Lafontaine
Judith Lussier
Angéline Martel