Récipiendaire

Bourgault, Pierre

Prix Paul-Émile-Borduas 2020
Catégorie : Culturelle

Né le 12 septembre 1942
Saint-Jean-Port-Joli

Pierre Bourgault - lauréat
Photo : Éric Labonté

Le fleuve Saint-Laurent, la nature, l’immensité du territoire, voilà où puise l’essentiel de l’œuvre de Pierre Bourgault, qui transpose leur poésie dans ses installations artistiques depuis plus de 50 ans. Plus que des sources d’inspiration, ces partenaires de création auront aussi façonné sa vie. Artiste navigateur et engagé, fortement enraciné dans sa communauté de Saint-Jean-Port-Joli, où il est né et vit toujours, le sculpteur célèbre l’importance de l’ancrage au territoire, dont découle une œuvre singulière, qui porte à la fois sa signature et celle de la nature qui l’entoure. Néanmoins, chez Pierre Bourgault, ancrage ne signifie pas fermeture au monde et repli sur soi, bien au contraire. Selon lui, l’art n’a pas à être contraint par des frontières, « la culture et la poésie sont pour tous ».

Lorsqu’on lui demande ce que représente pour lui d’obtenir le prix Paul-Émile-Borduas 2020, c’est d’ailleurs spontanément le poète qui répond : « Je n’ai jamais imaginé, éveillé ni même en rêve, associer ouvertement mes révoltes à celles de Borduas. Depuis cette annonce, ma famille étant disparue, les frères Bourgault sont venus me border. »

C’est notamment avec le concept de l’horizontalité, qu’il développe dans le cadre de sa maîtrise, obtenue de l’Université Laval en 1997, que Pierre Bourgault fait sa marque. Pierre angulaire de son œuvre, l’horizontalité impose un rapport d’égalité entre la culture et la nature. Non moins novateurs, les matériaux qu’il favorise, soit le bois, la vase, le savon du pays, le sel ou encore l’eau, témoignent de son attachement à la terre et au fleuve qui l’ont vu grandir. Pierre Bourgault va même jusqu’à user de moyens inusités pour créer des œuvres performatives, comme des embarcations, des cartes, le radar ou le GPS. Parmi ces œuvres, notons sa série Les Grands Grands dessins qui représente, sur des cartes marines, des dessins réalisés sur l’eau avec un bateau pneumatique.

Cet artiste anticonformiste se démarque également par une production en art public imposante, composée d’une trentaine d’œuvres permanentes installées aux quatre coins du Québec. Acteur majeur du développement de l’art public québécois, Pierre Bourgault modèle le bois, l’acier et l’aluminium pour créer des installations sculpturales accessibles aux citoyens, les invitant ainsi à faire partie du territoire et à s’imprégner de la nature et de leur environnement. Que ce soit la sculpture en acier Latitude 51° 27’ 50’’ – Longitude 57° 16’ 12’’ (1995), sur la promenade Samuel-De Champlain, ou encore Les jeux de ficelles (2013), en aluminium, devant le Centre hospitalier universitaire de Montréal, chacune des œuvres d’art public de Pierre Bourgault vise la réaction ou l’interaction.

Ses accomplissements professionnels dont il est le plus fier à ce jour? « D’avoir, au tout début de ma carrière, vécu et partagé l’approche du monde des artisans, si différente et distante des enjeux de la pratique individuelle du monde des arts; d’avoir partagé avec générosité mes connaissances auprès des artisans et, même, des artistes du visuel; puis d’avoir réalisé une très grande œuvre compilée de petites œuvres racontées », énumère-t-il.

La démarche artistique de Pierre Bourgault ne s’arrête toutefois pas à sa propre production. Elle s’étend jusqu’à son engagement dans l’écosystème artistique qui s’est créé à Saint-Jean-Port-Joli avec l’École de sculpture, fondée par ses oncles et son père et dont il a été le dernier directeur de 1971 à 1986, et le centre Est‐Nord‐Est, dont il est le fondateur, qui reçoit des artistes de partout dans le monde et constitue une référence internationale dans le développement de l’art actuel en région. Celui qui a également participé à de nombreuses expositions, ici comme à l’étranger, entretient ainsi une culture de partage et de transmission des savoir‐faire et des connaissances, au cœur de son implication dans la communauté artistique québécoise. Sans aucun doute, ce grand héritier d’une famille de sculpteurs aura contribué à faire de Saint-Jean-Port-Joli, autrefois associée à la sculpture et à l’art populaire, un lieu incontournable de création et de rencontre pour les différentes disciplines de l’art actuel. Il mentionne d’ailleurs aspirer à « ouvrir [son] atelier à des artistes de tous les mondes; pour offrir un lieu, du temps et des connaissances, afin de révolter l’imaginaire par la poésie ».

Créateur d’une œuvre surprenante et chargée d’une immense force poétique, Pierre Bourgault demeure cependant humble devant les éléments de la nature auxquels il est profondément attaché. Il s’en est ainsi fait des alliés qui lui auront permis à la fois de repenser le monde de l’art et de préserver son authenticité d’artiste, de marin et de citoyen.


Paul-Émile Borduas
Qui était Paul-Émile Borduas ?
 

Membres du jury
Sylvette Babin
Alejandra Basanes
Mériol Lehmann
Gilles Mihalcean
Serge Murphy