Colin Low, récipiendaire

Naissance le 24 juillet 1926 à Cardston (Alberta), décès le 24 février 2016 à Montréal

Prix remis le 6 décembre 1997

Biographie

En 1945, Colin Low, jeune étudiant en arts, quitte le ranch familial
de Cardston, en Alberta, pour un emploi d’été comme dessinateur
auprès de Norman McLaren, à l’Office national du film (ONF). L’animation,
sa principale activité à son arrivée à l’ONF, prend
une importance croissante après un séjour d’un an à Stockholm,
en 1948-1949, séjour qui lui permet d’en étudier l’évolution
en Europe, en particulier en Tchécoslovaquie où se développent
des techniques révolutionnaires. Nourri par ces échanges, le jeune
cinéaste est nommé à son retour directeur du service de
l’animation de l’Office, qui connaît sous sa gouverne, de 1950 à
1963, une de ses périodes les plus productives.

Paradoxalement, c’est au cours de ce directorat que Colin Low se met au documentaire,
à commencer par Corral, qu’il réalise avec Wolf Koenig et qui
reçoit un prix au Festival de Venise en 1954. Viennent ensuite The
Jolifou Inn
(1955), Gold (1955) et City of Gold (1957). Ce
dernier film, une petite histoire de la ruée vers l’or constituée
de photos d’époque, remporte 21 prix, dont le Premier Prix du documentaire
à Cannes, en 1957.

Ses multiples champs d’intérêt le portent ensuite vers l’espace
pour Universe, un court métrage innovateur conçu en 1960
avec Roman Kroitor. Couronné de quelque 23 prix, ce mariage harmonieux
entre l’animation, la photographie et les effets spéciaux va servir à
l’entraînement des astronautes américains et inspirer directement
Stanley Kubrick, dont le célèbre 2001, l’Odyssée de
l’espace
emprunte à Low et Kroitor certains plans mémorables,
ainsi que le narrateur Douglas Rain, la voix de l’ordinateur HAL 9000.

De 1963 à 1967, Low travaille principalement à la réalisation
du labyrinthe, un pavillon thématique d’Expo 67 où sont présentées
des projections multi-écrans innovatrices. Par son insistance sur le
grand format et les prises de vue spectaculaires, In the Labyrinthe (1979),
réalisé à partir de cette expérience, devient le
point de départ du cinéma Imax, l’une des plus grandes réussites
du cinéma canadien et l’une des passions durables de Colin Low.

Étincelle fondamentale dans la naissance d’Imax, Colin Low sera au cœur
de cette révolution technologique en suggérant à ses collègues
artisans du multi-images de basculer l’image 70 mm sur le côté
et de l’agrandir pour obtenir un format véritablement géant.

Information complémentaire

Date de remise du prix :
6 décembre 1997

Membres du jury :
Denise Robert (présidente)
Mario Bolduc
Claude Fournier
Anne-Claire Poirier

Crédit photo :
Marc-André Grenier

Texte :
Rémy Charest et Claude Janelle