Francis Mankiewicz, récipiendaire

Naissance le 15 mars 1944 à Shanghaï (Chine), décès le 14 août 1993 à Montréal

Prix remis le 28 novembre 1993

Biographie

Homme profondément sensible et intègre, Francis Mankiewicz a
donné de beaux, de très beaux moments au cinéma québécois.
Le thème de l’enfance traverse son œuvre et la recherche d’un idéal
familial en constitue en quelque sorte la trame.

Francis Mankiewicz étudie d’abord la géologie avant de séjourner
deux ans en Angleterre à la London School of Film Technique. C’est là
qu’il apprend à manier la caméra selon les règles de l’art.
À son retour, il réalise son premier film d’auteur, Le Temps
d’une chasse
(1972), grâce à un programme de l’Office national
du film permettant aux jeunes cinéastes de réaliser leur première
œuvre. Couronné par trois prix au Palmarès du film canadien,
primé aussi au Festival de Venise et présenté aux festivals
de Cannes, de Barcelone, d’Atlanta et de Georgie, ce premier film ne passe pas
inaperçu.

Impressionné à la fois par l’œuvre et par son auteur, le
romancier Réjean Ducharme provoque ce qui va devenir une rencontre exceptionnelle
pour lui et le jeune cinéaste. Rencontre exceptionnelle à plus
d’un titre puisqu’elle va donner naissance à l’un des chefs-d’œuvre
du cinéma québécois, Les Bons Débarras (1980).
Huit prix Génie, un prix au Festival mondial de cinéma de Chicago
et différentes mentions viendront confirmer ce succès. La collaboration
entre Ducharme et Mankiewicz se poursuit avec Les Beaux Souvenirs (1981),
peut-être moins apprécié de la critique, mais témoignant
toujours de la grande maîtrise du cinéaste.

Après Les Portes tournantes (1988) qui donne à Mankiewicz
son premier grand succès auprès du public québécois,
le cinéaste ne peut se résoudre aux compromis que dicte le cinéma
commercial et constate qu’il y a de moins en moins de place pour le cinéma
d’auteur au Québec. Alors il s’exile à Toronto où il réalise
deux mini-séries télévisées pour le compte de la
CBC, Love and Hate (1989) et Conspiracy of Silence (1990), tout
en espérant des jours meilleurs pour le cinéma québécois
de qualité.

On ne saura jamais, en raison de sa mort prématurée, jusqu’à
quel sommet Francis Mankiewicz aurait porté son œuvre. Heureusement,
celle-ci reste gravée dans la mémoire des cinéphiles qui
ont découvert, grâce à son intuition, à ses qualités
exceptionnelles de cinéaste et à son grand respect des autres,
de grandes comédiennes comme Marie Tifo, Charlotte Laurier et Monique
Spaziani.

Information complémentaire

Date de remise du prix :
28 novembre 1993

Membres du jury :
Georges Dufaux (président)
Mireille Dansereau
Frédérique Collin

Crédit photo :
Attila Dory

Texte :
Yolande Côté et Claude Janelle