Gilles Tremblay, récipiendaire

Naissance le 6 septembre 1932 à Arvida, décès le 27 juillet 2017 à Outremont

Prix remis le 28 octobre 1991

Biographie

Le parcours de Gilles Tremblay est exemplaire ; ce compositeur et pianiste
n’a jamais cessé de repousser les frontières de sa recherche.
Sa contribution à la musique contemporaine est remarquable parce que
marquée du sceau d’une ouverture d’esprit exceptionnelle et d’une conscience
aiguë de la nature même du son.

Gilles Tremblay a fait ses premières études musicales à
Montréal avec Jocelyne Binet, Edmond Trudel et Gabriel Cusson, puis au
Conservatoire de musique de Montréal où il sera l’élève
de la pianiste Germaine Malépart, tout en travaillant la composition
avec Claude Champagne. En 1954, il participe au premier véritable concert
de musique contemporaine donné à Montréal. Il poursuit
sa formation à Paris auprès d’Olivier Messiaen, d’Yvonne Loriod,
de Maurice Martenot et d’Andrée Vaurabourg-Honegger et obtient un Premier
Prix d’analyse musicale et une Première Médaille d’ondes Martenot
au Conservatoire de Paris. C’est à cette époque qu’il rencontre
Pierre Boulez, Yannis Xenakis et Karlheinz Stockhausen et qu’il s’initie aux
techniques électroacoustiques avec le Groupe de recherche musicale dirigé
par Pierre Schaeffer.

Dès son retour au Québec, Gilles Tremblay entreprend de nombreuses
activités, consacrant son temps à l’enseignement – il est professeur
au Conservatoire de musique du Québec –, donnant des conférences
et animant la série Festivals à la radio de Radio-Canada
où il participe également à une série d’émissions
avec Fernand Ouellette. Toutes ces occupations ne l’empêchent nullement
de poursuivre ses recherches, de composer, de répondre à de nombreuses
commandes et de se consacrer à la sonorisation du Pavillon du Québec
à Expo 67, ce qui lui vaudra le prix Calixa-Lavallée. Il compose
des œuvres majeures, dont Fleuves (1976), Vers le Soleil
(1978) et Compostelle I (1978), à l’occasion du 70e
anniversaire de Messiaen.

L’œuvre de Tremblay, d’une grande richesse sonore et esthétique,
connaît une notoriété internationale ; elle a marqué
l’évolution de la musique et de l’art contemporain au Québec.
Gilles Tremblay, qui a reçu le prix Serge-Garant de la Fondation Émile-Nelligan,
est toujours actif, toujours passionné par la recherche et soucieux de
raffiner sans cesse ses expériences. Parmi ses compositions récentes,
il faut mentionner AVEC – Wampum Symphonique – composée
pour le 350e anniversaire de la fondation de Montréal, L’Espace
du cœur
(1997), sur des textes croisés de Guillaume de Machaut
et de Gaston Miron, À quelle heure commence le temps ? (1999),
monodrame lyrique sur un texte de Bernard Lévy, et Les Pierres crieront,
œuvre pour grand orchestre et violoncelle solo créée à
l’Orchestre national de France.

Information complémentaire

Date de remise du prix :
28 octobre 1991

Membres du jury :
Catherine Bégin (présidente)
Denis Gougeon
Jeanne Renaud

Crédit photo :
Ronald Maisonneuve

Texte :
Janette Biondi