Jean-Claude Marsan, récipiendaire

Naissance le 7 octobre 1938 à Saint-Eustache, décès le à 

Prix remis le 8 décembre 1992

Biographie

Architecte, professeur, écrivain, urbaniste, chercheur, consultant,
quel que soit son champ d’intervention, Jean-Claude Marsan consacre, depuis
près de 30 ans, toute son énergie à la défense et
à la promotion du patrimoine urbain et architectural de Montréal.

Un baccalauréat en architecture de l’Université de Montréal
en poche, Jean-Claude Marsan quitte le Québec au milieu des années
soixante pour poursuivre ses études en Europe. À l’époque,
se souvient-il, le modernisme prime et les architectes sont plutôt attirés
vers les universités américaines, comme Harvard, que vers l’Europe
alors perçue comme archaïque.

Il choisit d’aller à l’Université d’Édimbourg qui accueille
une vingtaine d’étudiants, triés sur le volet, provenant de tous
les continents. C’est d’ailleurs la rencontre de Percy Johnson Marshall, professeur
responsable de la maîtrise en Civic Design de cette université,
un passionné des villes, qui éveillera le jeune homme à
la richesse du patrimoine architectural et urbain. « J’ai découvert
avec lui que chaque ville a son propre vocabulaire, son langage, et j’ai développé
une passion pour le décodage des formes urbaines. »

C’est donc avec un bagage nouveau et différent de celui de ses confrères
que Jean-Claude Marsan revient à Montréal après un séjour
de plus de trois ans à l’étranger. Il porte un regard neuf sur
sa ville d’origine et publie en 1974 sa thèse de doctorat, Montréal
en évolution, historique du développement de l’architecture et
de l’environnement montréalais
. Peu à peu, le Québec
prend conscience de l’importance de préserver son patrimoine. À
Montréal, des groupes de pression se forment. C’est ainsi que Jean-Claude
Marsan a été membre fondateur et membre du conseil d’administration
de l’Association Espaces Verts, des Amis de la gare Windsor, de Sauvons Montréal
et de la Fondation Héritage Montréal, dont il a assumé
la présidence de 1984 à 1988.

Outre son engagement passionné dans les mouvements populaires, il a
joué un rôle de premier plan dans le développement de la
faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal,
en étant successivement directeur de l’École d’architecture et
doyen de la faculté. Reprenant les préceptes de Vitruve, Jean-Claude
Marsan croit que l’architecte doit créer d’abord un cadre de vie qui
réponde aux besoins des utilisateurs. « Selon moi, la réussite
d’un architecte se mesure au degré d’appropriation du lieu par les utilisateurs.
L’œuvre architecturale, c’est avant tout un lieu, un abri qui doit être
utile, solide et capable de susciter de l’émotion par ses qualités
esthétiques. »

Information complémentaire

Date de remise du prix :
8 décembre 1992

Membres du jury :
Jean Trudel (président)
Dinu Bumbaru
André Gladu
Jacques Mathieu
Dominique Rankin

Crédit photo :
Ronald Maisonneuve

Texte :
Yolande Côté et Claude Janelle