Marcel Dagenais, récipiendaire

Économètre

Naissance le 22 février 1935 à Montréal, décès le 14 février 2001 à Montréal

Prix remis le 23 novembre 1999

Biographie

L’économétrie théorique et appliquée

Professeur de sciences économiques à l’Université de Montréal
pendant plus de 35 ans, Marcel Dagenais est un pionnier de l’économétrie
au Québec et un des seuls économistes québécois
de sa génération à avoir acquis une réputation internationale.
Selon James Tobin, Prix Nobel d’économie, Robert Pindyck, du Massachusetts
Institute of Technology (MIT), et Cheng Hsiao, éditeur du prestigieux
Journal of Econometrics, Marcel Dagenais est l’un des leaders mondiaux
en matière d’économétrie. De fait, il est l’un des rares
scientifiques à être connu aussi bien des statisticiens que des
économistes, et ce, en raison de ses travaux axés sur l’économétrie
tant théorique qu’appliquée.

Tout au long de sa carrière, Marcel Dagenais touche à des domaines
variés, allant de la conception de modèles de prévisions
macroéconomiques à l’élaboration de modèles économiques
pour divers milieux tels que les banques, les transports, l’énergie,
la médecine et l’éducation. Il met aussi au point de nouveaux
algorithmes informatiques et des outils économétriques permettant
de mieux tenir compte d’observations manquantes et d’erreurs sur les variables.

Une vision internationale

À la fois chercheur au Centre de recherche et de développement
en économique (CRDE) de l’Université de Montréal et directeur
de recherche au Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations
(CIRANO), Marcel Dagenais est un économètre réputé.
D’importants organismes font appel à ses services, tels Eurostar et Développement
des ressources humaines du Canada en 1998, l’Organisation de coopération
et de développement économiques (OCDE) et Industrie Canada en
1997 ainsi que la Caisse de dépôt et placement du Québec
en 1995 et en 1996. Il collabore, à partir de 1977, au Groupe de travail
sur les comptes nationaux de Statistique Canada.

« Dès les débuts de ma carrière, je me suis identifié
à la communauté mondiale des économètres, en respectant
les critères et les barèmes internationaux », affirme-t-il.
Ses réalisations dépassent certes les frontières du pays
et se rangent du côté des sommités dans son domaine. En
1998, il collabore, à l’Institut national de la statistique et des études
économiques de France, à un groupe de travail formé en
vue de l’amélioration de la qualité statistique des comptes nationaux.
Il est professeur invité en France et en Suisse et participe à
une cinquantaine de congrès internationaux. Ses nombreuses publications
figurent dans les revues d’économique les plus réputées
au monde : Econometrica, Journal of Econometrics, Review of
Economics and Statistics
et Annales d’économie et de statistique.

Une double formation

Cet économiste de renom s’est pourtant destiné au départ
à la sociologie. Déjà performant en classe, il reçoit,
en 1958, la Médaille du lieutenant-gouverneur du Québec et la
bourse Woodrow Wilson pour l’excellence de ses résultats à la
maîtrise en sociologie à l’Université de Montréal.
C’est alors qu’il fait une autre maîtrise, en économique cette
fois-ci, à la Cowles Fondation de l’Université Yale où
il obtient son doctorat en 1964. Il rentre ensuite au Québec pour enseigner
à l’Université de Montréal.

Dès les débuts de sa carrière, Marcel Dagenais explore
le domaine tout neuf de l’économétrie, fait de la recherche théorique
et élabore en même temps de nouveaux modèles d’analyse statistique
et empirique pour divers ministères des gouvernements du Canada et du
Québec.

La démarche de Marcel Dagenais est très caractéristique.
« C’est une véritable symbiose entre la recherche empirique et
théorique, explique-t-il. Je trouve des problèmes importants sur
le plan pratique qui constituent ensuite des défis de taille pour la
recherche. » Par exemple, lors d’une enquête auprès des laitiers,
réalisée vers la fin des années 60 pour le gouvernement
du Québec, il s’aperçoit que des données incomplètes
l’empêchent de faire une analyse suffisamment précise de ce secteur
d’activité économique. Il décide alors de demander des
fonds de recherche afin d’étudier cette problématique et d’y apporter
des éléments de solution. Ses travaux en matière de statistique
sur les observations manquantes auront un effet notable, non seulement chez
les économistes mais aussi chez les statisticiens et les autres chercheurs
en sciences sociales.

Une influence marquée

Marcel Dagenais, nommé professeur émérite de l’Université
de Montréal, sera honoré de plusieurs prix et distinctions scientifiques.
Boursier Killam, il est récipiendaire, entre autres, du Prix du statisticien
d’expression française de la Société de statistique de
Paris en 1990 et du prix Marcel-Vincent de l’Association canadienne-française
pour l’avancement des sciences en 1991. Le ministère de l’Enseignement
supérieur et de la Recherche de France lui décernera également
une bourse de chercheur étranger de haut niveau en 1995-1996.

Parallèlement à sa carrière de chercheur, Marcel Dagenais
joue un rôle irremplaçable dans la formation de toute une génération
d’économistes. Comme il est l’un des deux seuls économètres
au Québec au début des années 60, plusieurs membres de
l’Association canadienne d’économique figurent parmi ses anciens étudiants.
Dans le milieu universitaire, tous célèbrent sa disponibilité
et sa générosité. « J’ai toujours eu ma porte ouverte
 », reconnaît-il. De fait, il consacre plusieurs heures de son temps
à orienter ses étudiants ou encore à servir de conseiller
technique auprès de ses collègues. Marcel Dagenais contribue ainsi
à l’expansion sans précédent du Département de science
économique de l’Université de Montréal, classé douzième
au monde en 1997. En tant que professeur invité dans différentes
universités européennes, il saura aussi partager son savoir avec
les étudiants, que ce soit à Genève, à Toulouse,
à Dijon ou encore à Clermont-Ferrand.

Résumé de la carrière de Marcel Dagenais

1964
Doctorat en économique de l'Université Yale

1964-1997
Professeur à l'Université de Montréal

1980
Membre de la Société royale du Canada

1982
Prix de la Société canadienne de science économique

1987-1989
Bourse Killam du Conseil des arts du Canada

1991
Prix Marcel-Vincent de l'Association canadienne-française pour l'avancement des sciences

1999
Prix Léon-Gérin

Information complémentaire

Date de remise du prix :
23 novembre 1999

Membres du jury :
Hélène Dumont (présidente)
Vincent Lemieux
Steve Ambler
Pauline Côté
Martha Crago

Crédit photo :
Louis-Michel Major

Texte :
Sylvie Dugas et Brigitte Van Coillie-Tremblay

Mise à jour : Nathalie Dyke