Michel Rivard, récipiendaire

Naissance le 27 septembre 1951 à Montréal, décès le à 

Prix remis le 10 novembre 2021

Entrevue

Lire la vidéo

Biographie

« Le monde a besoin de magie », chantait Michel Rivard en 1979. Voilà probablement pourquoi, depuis plus de 40 ans, l’auteur-compositeur-interprète, guitariste et comédien œuvre à lui en insuffler. Mais pour ce monument de la culture québécoise, il n’y a pas de magie sans travail. Michel Rivard reçoit donc le prix Denise-Pelletier 2021 comme « une belle grosse tape sur l’épaule, un encouragement à continuer à chercher, à donner, et ce, jusqu’au bout de mon âge! » dit-il.

Fils d’un père comédien, le surnommé « Flybin » s’intéresse tôt à la musique et au théâtre. À 22 ans, il crée le groupe Beau Dommage avec d’autres membres de la troupe de théâtre musical et absurde La Quenouille bleue. Jusqu’à sa dissolution en 1978, la formation culte enfilera les succès, dont plusieurs deviendront des classiques du répertoire québécois. Parmi ceux-ci, Chinatown et la plus que célèbre Complainte du phoque en Alaska révèlent au grand public les talents du parolier, tandis que Ginette et 23 décembre dévoilent ceux du compositeur, auxquels s’ajoutent de remarquables qualités d’interprète.

Peu avant la séparation du groupe, Michel Rivard enregistre son premier album solo, Méfiez-vous du grand amour, suivi en 1979 par De Longueuil à Berlin. Au cours de cette période, il séjourne et se produit à Bruxelles et à Paris. À son retour au Québec, l’artiste se tourne un moment vers le théâtre et le cinéma, avant de former le Flybin Band, qui lui est toujours fidèle, et de faire paraître le disque Sauvage en 1983.

Onze autres albums suivront, dont Un trou dans les nuages (1987), Le goût de l’eau et autres chansons naïves (1992), Maudit bonheur (1998) et Roi de rien (2013). Ces œuvres aux sonorités folks-urbains-contemporains racontent le Québec de manière intime, avec acuité. Plusieurs chansons issues de cette vaste discographie resteront gravées dans notre mémoire collective, notamment Libérer le trésor, Le cœur de ma vie et La lune d’automne. L’auteur-compositeur prêtera aussi son exceptionnel talent de parolier à des personnalités reconnues de la chanson québécoise, dont le regretté Gerry Boulet (Toujours vivant) et Isabelle Boulay (Entre Matane et Bâton Rouge).

Artiste multidisciplinaire, Michel Rivard empruntera d’autres chemins à divers moments de sa carrière. Il se montrera notamment un improvisateur redoutable dans la Ligue nationale d’improvisation au cours des années 1980 et 1990, ce qui lui vaudra d’être intronisé au Temple de la renommée en 2002. Ce touche-à-tout a également joué au petit et au grand écran, de même qu’au théâtre; il a animé le gala de l’Association québécoise de l’industrie du disque, du spectacle et de la vidéo; et il a enseigné la création artistique au populaire concours Star Académie.

Le musicien charismatique s’est aussi illustré à titre de compositeur, notamment pour le film Les matins infidèles (1989), ainsi que pour l’opéra folk Les filles de Caleb. Ce spectacle grandiose présenté à l’aube des années 2010 l’a mené à écrire 36 chansons en moins de 2 ans.

Avec le recul, de quel aspect de son parcours Michel Rivard est-il le plus fier? « La constance! » s’exclame-t-il. « Au début de la vingtaine, je me suis lancé dans une aventure exaltante où se côtoyaient la chanson, le théâtre, l’écriture et l’humour. Comme je n’avais aucune formation officielle dans aucune de ces disciplines, j’ai appris en faisant, toujours curieux, toujours à l’affût, toujours gourmand de culture et de perfectionnement. J’ai eu 70 ans cette année, et rien n’a changé dans ma démarche. »

En 2019, tous les chemins artistiques qu’a suivis Michel Rivard depuis les débuts de sa carrière convergent vers L’origine de mes espèces, une proposition théâtrale où s’entremêlent chansons et monologues, autodérision et drame. Tout au long de ce récit chanté qui raconte sa jeunesse et l’histoire de ses parents, le conteur démontre une sincérité désarmante, sans jamais franchir les frontières de cette pudeur qu’on lui connaît. Avec cette œuvre magistrale, celui dont on dit qu’il est l’un des plus grands musiciens québécois de sa génération rehausse une fois de plus les sommets de son excellence. Et il n’a pas l’intention de s’arrêter là.

Au fil de ses projets et de ses succès, Michel Rivard s’est créé un style bien à lui, qui allie profondeur, humour et justesse dans le ton comme dans les mots. Avec plus de 2000 spectacles en carrière, quelque 25 albums (toutes contributions confondues) et une vingtaine de prix et de distinctions, dont le titre de chevalier de l’Ordre national du Québec, il constitue un véritable pilier des arts d’interprétation au Québec.

Information complémentaire

Membres du jury :

Julien Bilodeau
Geneviève Duong
Nicolas Jobin
Arleen Thibault

Crédit photo :
Éric Labonté

Crédit vidéo :

Réalisation, production et postproduction : Luis Dion-Dussault
Images supplémentaires : Productions Cina
Prise de son : Thomas Kieller
Musique originale : Steve Adams
Entrevues : Caroline Godin