Yves Thériault, récipiendaire

Naissance le 28 novembre 1915 à Rawdon, décès le 20 octobre 1983 à Joliette

Prix remis le 16 octobre 1979

Biographie

Homme de radio, scripteur, journaliste, chauffeur de camion, trappeur, boxeur,
chanteur western, auteur de romans policiers à deux sous, courriériste
du cœur, dramaturge, Yves Thériault a donné une œuvre
multiple et considérable, fortement imprégnée des dures
lois de la nature, dont la plus diffusée demeure Agaguk (1958),
roman esquimau traduit en plusieurs langues et adapté au cinéma.

À travers ses contes et ses romans, ses livres pour la jeunesse, ses
dramatiques, Yves Thériault a campé des personnages aux prises
avec les comportements bouillants de leur vérité instinctive.
Les drames qui bouleversent ses héros proviennent des sources mêmes
de leur être et ce sont les forces de leurs profondeurs qui les entraînent
au bout de leur destin, souvent tragique. Poussés par un besoin irrésistible
de puissance et de domination, ces hommes et ces femmes ne peuvent affirmer
complètement leurs pulsions originelles qu’en affrontant aveuglément
tout sur leur passage, au risque de leur propre vie.

Ses personnages intrépides, aux comportements fougueux, soutenus par
un style enlevé et réaliste, sont des marginaux, des minoritaires,
des non-conformistes qui défient sans peur et sans reproche les lois
sociales et la bonne morale. En réaction contre leur milieu originel,
ses héros rêvent de liberté à travers une violence
qui les pousse à bout, assoiffés d’absolu, incapables de se satisfaire
de demi-mesures ou de bonheurs avortés. Dans des scènes souvent
épiques où l’amour et la mort se côtoient, Yves Thériault
campe les grands esprits du Nord, ceux qui habitent la nature et l’espace et
qui entraînent avec eux des destinées qui suivent la route des
instincts originels, là où la femme incarne le paradis perdu et
le goût du bonheur. Ce groupe de personnages écoute la nature et
enseigne le retour aux valeurs de l’amour originel et de l’harmonie des sens,
ce sont des guides et des prophètes, généralement des Indiens
: Ashini, N’Tsuk, Ikoué et Mahigan…

Écrivain reconnu tardivement par l’institution et écrivain populaire,
Yves Thériault a développé un imaginaire nordique d’une
puissance exceptionnelle, qui n’est pas sans rappeler celui de Melville, Twain,
London… Ses Contes pour un homme seul (1944), ses romans La Fille
laide
(1950), Le Dompteur d’ours (1951), Les Commettants de Caridad
(1961), ses dizaines d’ouvrages pour la jeunesse contiennent des pages qui
comptent parmi les plus héroïques de la littérature québécoise.

Information complémentaire

Date de remise du prix :
16 octobre 1979

Membres du jury :
Jacques Godbout (président)
Jacques Allard
Réginald Martel
Suzanne Paradis
Pierre Renaud

Crédit photo :
Belkacem Bazi

Texte :
Pierre Filion